vendredi 12 septembre 2014

Création "Cycle", Musée de la Faïence de Malicorne-sur-Sarthe



Cycle


Cycle vue de dessous




Sandrine Ramona, artiste céramiste de la région nantaise, invitée dans le cadre de l'exposition temporaire "Terres et graines, céramiques contemporaines" conçue par Malicorne Espace Faïence, musée de la faïence et de la céramique, musée de France, présentée du 30 juin 2013 au 30 septembre 2014, pose un regard botaniste sur la nature. 


La floraison est rythmée d'un jeu de matières et de couleurs, d'une argile de faïence, et grès, aux aspects bruts ou soyeux. Cette spirale laisse s'épanouir au fil d'une saison ces fleurs dans leur parure éphémère. Ainsi, elle est aussi l'occasion de s'interroger sur l'origine de la vie et de sa création.  


Céline Moron
Responsable scientifique du Musée Malicorne Espace Faïence 
Et Commissaire scientifique de "Terres et Graines: céramiques contemporaines" 


L'oeuvre oblige à lever les yeux : c'est en l'air que s'exprime l'épanouissement de la nature. De petites fleurs bien corsetées s'épanouissent à l'intérieur d'une gangue de terre. C'est le printemps puis l'été, elles s'épanouissent. Elles sont vivement colorées, blanches, rouges. Elles ont été façonnées le plus simplement du monde, ce sont des fleurs des champs qui évoluent avec le temps. Celui-ci ne leur est pas favorable : jaunes, elles tombent, en une pluie légère, comme portées par le vent invisible de l'automne. C'est leur dernier instant de liberté. Enfin, les pétales atteignent le sol et perdent leur couleur, se noyant dans la terre pour féconder l'année suivante.
Ainsi nous est représenté un cycle naturel que les citadins ne perçoivent plus guère mais qui les fascinent toujours. Sandrine Ramona sait l'évoquer avec délicatesse et poésie, comme on le fait rarement.

Antoinette Hallé
Conservateur général du Patrimoine
Directeur honoraire du musée national de Céramique, Sèvres





Naissance du projet


En 2012, un appel à projet est lancé par le Conseil général de la Sarthe et le Musée Malicorne Espace Faïence sur la thématique de la terre nourricière.
Sandrine Ramona Nerrou conçoit son approche artistique comme un défi double : allier créativité-nouveauté et technicité.
Elle propose le projet nommé « Cycle » qui est retenu dès la première sélection d’artistes, par le comité scientifique suivant :
Madame Faÿ-Hallé : Commissaire de l’exposition, conservateur général honoraire du patrimoine et ancien directeur du Musée national de céramique de Sèvres.
Madame Chantal Albagli : Présidente de la communauté des communes du Pays malicornais.
Madame Céline Moron : Commissaire scientifique et responsable scientifique du Musée Malicorne Espace Faïence.
Madame Hélène Chedorge : Directrice du Service de la Culture du Conseil général de La Sarthe.
Monsieur Nicolas Duverger : Directeur du CAUE de La Sarthe.
Monsieur Victor Deschang : Ancien Président des Ateliers d’Art de France et industriel.
Gérard Capazza : Galeriste à Nançay.


Historiquement, les représentations s’inspirant de la nature (végétaux, fruits ou légumes), symboles de bonheur, sont nombreuses dans la création artistique et notamment dans la céramique. Bernard Palissy avec ses productions en trompe-l’œil en est l’exemple le plus célèbre.
A partir du XVIIe siècle, et surtout à la Renaissance, la nature devient la source d’inspiration pour la décoration des services de table et autres productions d’ornementation.
Aujourd’hui, la nature occupe toujours une place prépondérante dans la production artistique.
Les céramistes y puisent encore leur inspiration. Ils perpétuent ce lien fort qui les unit à la Terre, à la fois matière première, sujet d’inspiration et support d’empreinte et de création.
Ils la travaillent par elle-même et pour elle-même.

L’exposition est nommée « Terres et graines : céramiques contemporaines» et présente les œuvres de céramistes reconnus pour leur excellence artistique et leur performance.
Au-delà de l’objet en lui-même, c’est la réalisation, la cuisson et la technicité de l’installation du céramiste qui donnent une dimension sublimatoire à l’œuvre et magnifient l’exposition.

Vous pouvez y contempler « Cycle », œuvre de Sandrine Ramona Nerrou depuis le 28 juin 2013 jusqu’au 30 septembre 2014.







Descriptif de « Cycle »


La terre permet au vivant de naître, grandir, se nourrir, se développer jusqu'à ce qu'il retombe à terre, mort.
Mais, paradoxalement, cette mort peut être encore féconde. En effet, elle vient enrichir la base essentielle de la plupart des végétaux.
Le sol, la terre s'enrichit de ce qui se dépose sur celle-ci et peut ainsi permettre à un autre végétal d'y enfouir ses racines, d'y puiser son énergie.
Le cycle peut, une fois de plus, commencer.


Cycle n'est pas un cercle, comme pourrait le laisser à penser l'idée de recommencement, mais une spirale.
Un amas d'enveloppes de terre protégeant des fleurs en boutons, le point de départ n'est pas clairement défini... pour se poser la question initiale, d'où vient la vie ?


La spirale est composée d'une centaine d'enveloppes contenant des fleurs à différents stades.

Fleurs en boutons de faïence blanche, non émaillée : Pureté, innocence des débuts de la vie. Les derniers bouquets se teintent peu à peu de rouge pour faire le lien avec la 2ème étape.

Fleurs de faïence émaillées en rouge vif : La fleur s'ouvre peu à peu, pleine d'énergie. Les derniers bouquets voient le rouge se mêler d'orange pour annoncer la 3ème tranche de vie.

Fleurs de faïence émaillées d'orange profond : La fleur est dans sa pleine splendeur, entièrement ouverte, épanouie. Les derniers bouquets se colorent légèrement de jaune conduisant ainsi à la dernière période de la vie.

Fleurs de faïence émaillées de jaune transparent : La fleur se flétrie. Elle commence à perdre quelques pétales qui se piquent d’émail marron et tombent.

Chute de pétales de faïence jaune et marron : De la fin de la vie symbolisée par l’étape précédente, des pétales tombent à terre.

Au sol : Un petit monticule de terre naturelle et de grès marron jonchent sur le sol. Y sont déposés quelques pétales ternes ayant parfois encore des traces d’émail jaune, mais pourtant morts.










Eléments techniques de « Cycle »


Dimensions :

Suspension d'environ 1,10 mètre de diamètre.
Prévoir la même surface au sol.
Poids : environ 25 kg.
L’installation« Cycle » tient compte de l’espace où elle est exposée et est adaptable à la hauteur prévue pour son emplacement (selon la hauteur sous plafond).

Matériaux :

Fleurs et pétales : Faïence blanche brute, émaillée de rouge, orange, jaune et de marron.
Enveloppes-bouquets : grès marron finement chamotté.

Au sol : terre naturelle et copeaux de grès marron et quelques pétales émaillés de jaune.

Grille en métal, recouverte de toile de jute, câbles permettant l'accroche en suspension à partir de poutre, du plafond (voir ensemble la structure de base).

Acquisition de cette œuvre


Contacter l'artiste.
Crédits d’impôts Art. 238 Bis AB du CGI :

L’acquisition des œuvres de Sandrine Ramona Nerrou entre dans les critères du crédit d’impôts artistiques pour l’acquéreur.

Les atouts pour l’entreprise :
Elle améliore la communication interne et externe.
Elle renforce sa culture et affirme ses valeurs.
Elle accroit son image et ravit les clients.
Le bien-être des salariés dans les locaux favorise un esprit positif et ainsi permet de dynamiser le processus créatif des collaborateurs. 

Les modalités de déduction :
Art 238bis AB du CGI
« …Les Sociétés peuvent déduire de leur résultat imposable le coût d’acquisition d’œuvres originales d’artistes vivants inscrites à l’actif immobilisé à condition qu’elles restent exposées au public. Cette déduction s’effectue par fractions égales sur les résultats de l’exercice d’acquisitions et les quatre années suivantes pour les œuvres. 
Les sommes relatives aux acquisitions d’œuvres originales d’artistes vivants sont déductibles dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires, diminuée des versements effectuées en application de l’article 238 bis du CGI.
Lorsque la fraction du prix d’acquisition ne peut être totalement déduite au titre d’une année, l’excédent non utilisé ne peut être reporté pour être déduit au titre d’une année ultérieure.
L’œuvre est également exonérée de taxe professionnelle.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rapprocher de vos experts comptables et du site officiel des impôts www.impots.gouv.fr sous les références : BOI-BIC-CHG-70-10

Première mise en place, en cours de projet.