PRESENTATION


Sandrine Ramona Nerrou
Née en 1976,
à Douarnenez, en Finistère.

Atelier DOUARN
13, rue du Tourmalet
44800 Saint-Herblain
sur rendez-vous.
+33 (0) 6 85 63 72 73

ceramique@atelier-douarn.com
www.atelier-douarn.com

CÉRAMIQUE CONTEMPORAINE


Si la peinture a marqué les débuts de son parcours artistique, sa vocation pour le travail de la terre s'est précisée lors de la visite du charmant Musée Bernard de Palissy, à Lacapelle Biron, dans le Lot-et-Garonne, en 2002. De là à changer de métier? Passer de la communication, des médias au monde de la terre?...Il ne s'est écoulé qu'une année.

Pour l'aider sur ce chemin des métiers de la terre et du feu, Evelyne Henrard, céramiste en région parisienne, prend Sandrine Ramona Nerrou sous son aile. L'artiste aguerrie croit en cette jeune femme déterminée, avide de connaissances. Elle l'accueille dans son atelier, lui fait connaitre la faïence, diverses techniques...Une expérience enrichissante, formatrice et encourageante pour l'avenir.

Un déménagement rapproche l'artiste de sa Bretagne natale. Nantes, une nouvelle ville, une nouvelle vie avec des projets pleins la tête.

2004: Naissance de L'Atelier DOUARN. "Douar" en Breton signifie "terre" et le "N" pour le diminutif de Douarnenez, "une belle symbolique de ma terre natale et de la terre avec laquelle je joue si souvent" aime t-elle à expliquer.
2005: Ouverture de L'Atelier DOUARN au 30 rue de la Vallée à Sautron. Atelier de création, de production et de stages pour tout âge.
2009: L'Atelier DOUARN devient membre des Ateliers d'Art de France.

L'artiste a aujourd'hui gagné en maturité dans son travail, dans ses idées qui passent par le modelage de formes souvent rondes.  Elle a "une pâte" reconnaissable à ses jeux d'empreintes, au travail de la matière entre brute et émaillée, entre lise et chamottée, entre mat et brillant. Elle travaille la faïence et le grès et s'y intéressent surtout pour les différentes textures de terre.

"Je crois que les deux éléments essentiels pour moi dans ce métier sont la créativité que permet la multitude de terres et la possibilité de toujours apprendre. Même après 50 ans de mains dans la terre, je suis sûre qu'un céramiste peut toujours apprendre, ce qui n'est pas le cas de toutes les professions. Mais, pour moi, c'est plus qu'une profession... Finalement, j'en reviens toujours à la communication".

"Céramiques fantaisistes et ludiques [...] Ses "Pas Beau de Dos" ou ses tableaux de faïence émaillée, à découvrir dans son atelier-boutique, proche de Nantes, offrent une belle épure au regard, avec toujours l'envie de jouer. Jouer avec les formes, avec les mots, avec la richesse de la terre." Art et Décoration nov-dec. 2007